«

»

Imprimer ceci Article

Quand les thaïes préfèrent les occidentaux…

L’Isan (ou Isaan) est tout d’abord synonyme d’aventure pour moi tandis que pour d’autres le lieu d’un conflit entre le Cambodge et la Thaïlande qui revendiquent chacun le Khao Phra Wihan (Preah Vihear en Khmer) l’une des plus belles réalisations de style khmer. Tout cela serait le résultat désastreux d’une carte erronée établie par les français…

Cette région du nord est de la Thaïlande fait encore partie de ces lieux ou l’expression « hors sentiers battus » a du sens, mais nous en reparlerons après mon voyage. Concentrons-nous aujourd’hui sur un phénomène étonnant : « Phua Farang ».

 Si l’école des fans avait été exportée, on peut tout à fait imaginer Jacques Martin poser sa fameuse question à une petite fille de l’Isan: « Qu’est ce que tu veux faire quand tu seras grande? » Celle-ci répondrait sans hésiter: « Epouser un étranger! ». En effet, dans un hôtel de Surin, ou à Soi Nana à Bangkok, les chances de croiser des couples Phua Farang, Mia Isaan, littéralement « mari étranger et femme de l’Isan » sont nombreuses.

 … Un village suisse au centre de l’Isan

Un village de la province de Roi Et, dans le Nord Est de la Thaïlande, illustre à merveille l’ampleur de ce phénomène désormais courant. Récemment baptisé « Baan Swiss » (le village suisse) par les médias, il tient sa renommée au nombre élevé de mariages entre femmes thaïlandaises et hommes suisses. Selon une récente étude, parmi 330 villageoises âgées de 20 à 59 ans, 84 femmes sont mariées à des occidentaux dont 81 suisses. N’est ce pas étonnant?

Mais ce n’est pas qu’une question d’argent. D’après de nombreuses femmes ayant divorcées de leur mari locaux cela est sensiblement dû à la différence de traitement qu’il leur est réservé ainsi qu’à l’ouverture d’esprit des Farangs en question.

… Conséquences mitigées

Cette pratique aurait débuté il y a une vingtaine d’année lorsqu’une thaï après son mariage mixte, partit retrouver son compagnon en suisse et ouvrit un commerce. Invitant ses proches à venir travailler avec elle, un petit réseau se mit en place et le bouche à oreille démarra. Aujourd’hui presque toutes les femmes de Baan Swiss ont choisi leur mari dans l’entourage de leurs amies.

Amélioration du niveau de vie, mise en place de nombreux projets immobiliers sont les conséquences directes de ce phénomène. Mais les arnaques n’ont pas attendu et des gangs promettant aux femmes de leur trouver des maris blancs se sont multipliés. Ces services de rencontre frauduleux réclament souvent de fortes sommes d’argent pour initier une entrevue, on parle d’une fourchette allant de 80 à 150 mille baht (3000€) sachant que cette région est de loin la plus pauvre.

… Et les thaïlandais dans tout ça me direz vous?

Eh bien si leur ego en prend un coup, leur place au sein de la société est bouleversée. Certains se plaignent que « ce sont les femmes qui rapportent l’argent dans la famille maintenant »! D’autres méprisent ces « Mia Farang » en les assimilant aux thaïlandaises qui fricotaient avec les soldats américains à Pattaya pendant la guerre du Vietnam.

… Regard de la société sur ces pratiques

La langue reflète bien la réaction des thaïlandais. L’expression Phua Farang, Mia Isaan est largement utilisée en société avec un ton souvent méprisant. L’insultante « Mia Chao » (épouse louée) ne stigmatise que les femmes à la peau sombre, et donc, selon la pensée commune; issues d’une famille pauvre de l’Isan. Jamais au grand jamais une femme thaïlandaise à la peau claire, même mariée à un riche entrepreneur américain ne serait appelée de la sorte! Bref, une majorité de thaïs se moque éperdument de la couleur de la peau car pour elle à partir du moment où une femme du pays épouse un compte en banque, celle-ci devient une traîtresse. En effet, le mariage avec un étranger risque pour eux de compromettre les traditions et la culture d’un pays certainement aussi riche que de nombreux pays européens.

Outre une dégradation culturelle que certains voient dans ces couples nouveaux beaucoup parlent d’un néo-colonialisme.

Pourtant, de fervents défenseurs des droits de l’homme clament haut et fort que c’est un effet antinomique à leur situation de pauvreté, d’ignorance et d’isolement.

L’évolution de la société thaïe en est certainement une des conséquences majeures car esclaves de la société de consommation ces femmes sont prêtes à tout.

 Est-ce un effet de mode, une tendance ou plus grave une conséquence directe de la globalisation ? Je vous laisse en débattre !

ALLER PLUS LOIN
- Guide: « The natural guide », imprimé aux éditions Pages du Monde
– Etude menée par Sirijit Sunanta de l’Université de Colombie Britannique (en anglais): Global Wife, Local Daughter: Gender, Family, And Nation In Transnational Marriages In Northeast Thailand

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.aventureo.com/blog/quand-les-thaies-preferent-les-occidentaux/

19 comments

3 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. fixe

    Un étranger qui se marrie avec une femme de l Isaan, aucun problème a partir du moment ou il respecte les traditions locales et familiales et qu il cherche a s intégrer plus qu a vouloir adapter l environnement au tour de lui a ses envies et fantasmes.

    Il faut notifier tout de même que bcp de ces femmes cherchent un Farang, un occidental non pas pour des raisons financières, mais seulement pour éviter de se retrouver marié avec un local alcoolique qui aurait la main lourde.

  2. vincent

    Je suis entièrement d’accord avec toi, Fixe, dès lors que les « farangs » en question joue le jeu sans s’aventurer à changer les us et coutumes de la Thaïlande qu’ils et participent un temps soit peu aux traditions de leur pays d’accueil, je n’y vois pas d’inconvénients.

    En ce qui concerne l’alcoolisme chez les thaïs, il vrai qu’il est important, mais je ne saurais dire si cela joue sur le choix des thaïlandaises. Ayant croiser voire rencontrer un certain nombre de « farangs » lors de mon dernier voyage par exemple, ils ont pour une grande part la bouteille un peu facile aussi, tu ne crois pas?

  3. Pierre

    Il ne faut vraiment pas exagérer ! J'ai épousé récemment une thaïlandaise de l'Isan et ne peut que m'en féliciter ! Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il est impossible de trouver en France une perle pareille ! De par leur éducation, ces femmes sont plus qu'aux petits soins pour leur compagnon farang. C'en est même déstabilisant au début ! S'il peut être vrai qu'elles peuvent avoir initialement un certain intérêt financier, celui-ci disparaît totalement lors de la première rencontre. Elles recherchent des hommes, des vrais, qui assurent, prennent des décisions, ce qui n'est pas le cas de leurs précédents maris thaïs. Une majorité s'est retrouvée abandonnée par ceux-ci avec leurs enfants en bas âge que leur père ne voulait pas assumer et leurs yeux pour pleurer. Elles sont alors recueillies par leurs familes et contraintes à une vie dure sans aucune indépendance financière. En plus les farangs sont souvent beaucoup plus affectueux que les thaïs et n'ont pas peur des fantômes ! 
    Il faut expliquer aussi que les farangs s'installent en Thaïlande parce que la vie y est beaucoup plus simple ( pas de prise de tête ) et surtout beaucoup moins chère qu'en Occident ! Chacun y trouve donc son intérêt. C'es d'ailleurs ce que je vais faire prochainement. Tout cela s'efface très rapidement pour laisser la place à un lien très fort. Alors pourquoi manquer cette chance de vivre heureux avec une telle femme ?
     

    1. vincent

      merci Pierre pour votre témoignage. Les raisons que vous donnez sont tout à fait valables. Il était important pour nous de parler de ce phénomène qui n’existait pas il y a quelques années et qui connait une forte progression depuis 5-10 ans. Notre objectif est ici d’informer et en aucun cas d’apporter un jugement de valeur. Nous aimons juste cette authenticité qui habite encore de nombreux peuples liée à leurs traditions, leurs principes, leurs us et coutumes etc. Nous souhaitons et espérons, peut être égoïstement, que cela perdure dans le temps.
      Pourriez vous nous en dire plus sur votre situation: l’état d’esprit de votre compagne sur ses semblables, sa famille mais aussi sur les « Farangs » qu’elle côtoie? Quel regard porte-t-elle sur ce phénomène? Et vous même, qu’est ce qui vous pousse à quitter votre pays natal pour un eldorado plus asiatique?
      En tout cas, nous vous souhaitons tout ce qu’il y a de meilleur dans votre changement de vie prochain. Profitez bien du pays du sourire, l’émerveillement est à chaque coin de rue!

  4. Jean-Daniel

    Salut, Pierre,
    Dis moi, j'envisage d'épouser une thai. Je suis retraité sans retraite mais avec un peu de capital et je voudrais savoir si on peu s'insataller durablement en thailande, investir un peu avec son épouse et préserver son investissement dans tous les cas de figures.
    Je n'ai rien contre un investissement dans un petit business pour assurer le quotidien et préserver une partie de mon capital à long terme, mais beaucoup trop de compatriotes ont tout perdu en finale dans ce cadre là.
    As-tu des tuyaux pour se préserver un max ???
    Comment s'installa t'on durablement en thailande??
    Merci d'avance !
    Jean-Daniel
     

    1. Piotr

      Bonjour Jean Daniel,

      Je ne pense pas que cela soit le lieu pour discuter de ce genre de projets ;)
      Je pense qu’une discussion privée serait plus appropriée.

      Pour les futurs intervenants, ce type de discussion (privée s’entend) seront modérés par la suite.

  5. edmond

    Les Thaïs me font marrer:" dégradation culturelle" parce qu'il y a  quelques milliers de femmes thaïes mariées avec des occidentaux!!!!! Passons …
    Pour Jean-Daniel , je ne peux que lui dire : la Thaïlande est le pays des rentiers et des retraités mais pas des résidents qui veulent monter un business même très petit business.

  6. Eric

    @Jean-Daniel : en Thaïlande, tu n'es propriétaire de… rien. Voila, c'est simple. Tout ce que tu achèteras, terrain, maison, voiture, etc. sera au nom de ta femme.
    Si tu épouses une femme juste pour prendre ta retraite ici, et pas parce que tu l'aimes, c'est comme donner directement la clef de ton coffre.
    Si tu veux être tranquille, monte une société locale en Co Ltd. La société (dont tu seras l'actionnaire principal sans aucun droit de regard sur les décisions de la part des autres actionnaires – ta femme par exemple) pourra acheter du terrain ou des biens qui t'appartiendront (en tant que gérant/CEO/PDG). Il faut 300.000 baths pour ouvrir la société et 2 millions de baths en banque, si je me rappelle bien.
    @Aux bloggeurs : article intéressant.
    Je ne connaissais pas Baan Swiss.
    Mon épouse est thaïe Issan. Nous habitons du côté de Nong Bualamphu où nous allons très bientôt ouvrir un "farm stay". Pour l'expression Mia Chao, je ne l'ai jamais entendu, mais peut être parce que ma femme n'était pas une "fille de bar".
    Par contre, mon épouse m'a raconté – après coup heureusement – que lors d'un diner avec des amis à Bangkok, certaines des femmes présentes lui avaient demandé comment une "femme moche et déjà âgée et une paysanne comme elle" avait pu se marier avec un farang. Les jeunes demoiselles, plutôt jolies au demeurant, auraient bien voulu faire de même.
    Plusieurs témoignages d'amis installés en Thaïlande me poussent à dire que ce ne sont pas que les "filles de l'Issan" qui cherche un farang.
    Quand à l'expression Phua farang mia Issan, je ne l'ai jamais entendu non plus. Plus souvent c'est "Sami farang mia issan" – "sami" voulant juste dire communément "mari" – que j'entends, mais c'est peut être dû à mon attitude. J'évite de prendre les thaïlandais de haut, ça aide à se faire respecter.
    Il est difficile de caractériser les relations homme-femme, en Thaïlande comme ailleurs. Tout le monde a en tête le stéréotype de l'européen âgé (et/ou divorcé) qui vient chercher une petite thaï, de 40 ans sa cadette, pour "(re)construire sa vie". Ca existe. On ne va pas le nier. Quand à indiquer que c'est le cas le plus fréquent, j'aurais tendance à dire que parce que c'est celui qu'on connaît le mieux, c'est aussi celui que l'on va repérer le plus facilement. Il existe autant de possibilités que de couples mixtes.
    Même si il est vrai que la stygmatisation sera toujours là.
    L'article est donc intéressant dans ce qu'il reflète une vision étroite de la réalité des couples farang/thaï, celle qui prédomine malheureusement dans la tête des occidentaux.
    Et les thaïlandais dans tout ça ?
    Et bien, je ne les ai pas entendu se plaindre parce que j'étais un farang, ni dire que "les femmes amenaient l'argent dans la famille". Cette dernière plainte aurait été plus que ridicule étant donné qu'ils ont leur propre travail et que leur famille immédiate (femme + enfant) n'a aucun rapport avec moi sauf à manger ensemble ou faire la fête.
    Il y a comme partout le problème de l'acceptation d'un étranger, qui n'a pas les mêmes coutûmes, etc. mais ça n'a rien à voir avec le fait que j'ai épousé une femme de leur pays.
    Bref, un article intéressant mais peut être pas assez documenté…

    1. vincent

      Merci Eric pour votre contribution. Cet article se voulait plus informatif qu’exhaustif, mais tous ces commentaires finissent par le rendre plutot complet.

  7. thai -chang

    bonjour ton article est tres bien ,voila pares plusieurs voyage en thailande depuis 2011 j ai rencontré une femme de 40ans mon age  je suis un peu plus jeune ,j'ai apres quelques mois de relation enfin 2mois fais construire une maison  pour elle  et depuis nous sommes marié  elle est toujours en thailande car avoir un visa pas facile notre mariage est reconnu en france ,j avais lu beaucoup d'article sur des forums disant que des relations rapide  etc etait tout simplement pour plumer un mec je peu dire et bien que non ,moi je me suis marié et tout va bien pour le moment elle veut venir en france pour visiter et puis apres dans l'avenir voir si elle peu s'habituer a la vie de paris ,,le soucis elle va laisser ses enfants au pays mais ils sont grands 16 ans je voulais dire simplement que pour une premiere rencontre et relation avec une thai et bien c etait la bonne ,la perle  elle na jamais été marié avant ,elle c'est prostitué mais cela est rien ,maintenant elle m'attends chaque jour sur skype et je dois normalement la faire venir en juillet nous sommes marié depuis janvier 2012 arretons de dire que les femmes la bas sont venale ,mes origines sont viett mais je vie en france depuis que j'ai 9 ans dans une famille bien francaise (adopté) je suis content de voir que tout ce qui est dis sur les forum sont que des mensonges,ma femme est ce qu il y a de plus sincere et pas venale je verrais dans les annees a venir ,mon seul soucis j'ai peur qu'elle ne support pas la vie en france etant donné qu elle na jamais quitté son pays et moi je peu pas quitter mon boulot ici ,voila mon temoignage ,merci pour ton blog
    thai chang  eric

    1. vincent

      Merci pour ce témoignage, Eric et longue vie à ton histoire!

  8. chino

    Je connais Nong Bualamphu :)
    Tous mes voeux de réussite

    1. vincent

      merci chino!

    2. thai-chang

      bonsoir je comprends pas trop ta reponse  tu connais nong bualamphu et alors que penses tu
      merci pour tes voeux ,il me  semble ironique ou je me trompe 
      si tel est le cas desole

  9. rincevent

    J’aurais pensé que c’était surtout pour l’argent.

  10. flor22

    La région la plus peuplée est la région centrale: celle de Banngkok, et non l’Issan

    1. vincent

      vous avez raison, je viens de modifier l’article. Il n’en reste pas moins qu’une grande partie des Thaïs proviennent de cette région.

  11. flor22

    Attention aux raccourcis douteux et simplifications dans cet article!

    1. vincent

      Cette article a pour vocation de faire un constat qui s’avère une réalité, non par pour toutes les femmes de l’Isan mais pour une partie d’entre elles. Il a pour but de montrer une évolution de la société Thaïe. Vous pouvez ne pas être d’accord avec cette évolution mais ne pouvez contester son existence! Ce phénomène a ses avantages et ses inconvénients. Votre avis éclairé sera le bienvenu.

  1. Aventureo vous enmène en Thailande, plus précisemment dans la région de l'I-san |

    [...] Quand les thaïes préfèrent les occidentaux [...]

  2. Voyage dans la Thaïlande des années 1980 |

    [...] Tous nos articles sur la Thaïlande Tous nos articles sur l’Asie du Sud Est  Prélude en I-san Majeure Quand les Thaïs préfèrent les occidentaux [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>